Un deuxième conte à découvrir !

Vous reprendrez bien un extrait ?

 

 

Bonjour, bonjour !

En ce mercredi ensoleillé, je vous propose de découvrir un deuxième conte du tome 2 d’Au temps où les fées dansaient, accompagné de son extrait.

Bonne lecture donc,

 

Rose

 

Le secret du pirate

 

Il était une fois, un fils de tavernier tombé sous le charme de la fille de l’individu le plus important du village. Et si cet amour se révélait réciproque, le couple n’était pas en mesure de se marier : le père de la demoiselle, soucieux de son bien-être, déclarait à qui voulait l’entendre qu’il ne donnerait sa main qu’à un riche gentilhomme.

Après des années d’adolescence à s’aimer en cachette, Andor, le soupirant, apprit à sa chère et tendre son intention de partir du hameau. Il entretenait le fol espoir de faire fortune dans une grande ville, afin de revenir ensuite lui demander de l’épouser en bonne et due forme. Il ne lui réclama qu’une unique chose : qu’elle ne l’oublie pas et patiente jusqu’à son retour. Elle accepta sans une once d’hésitation. Pour lui, elle aurait attendu des années.

Andor quitta donc le domicile familial. Muni de son vieux manteau, de deux ou trois provisions et des maigres épargnes que sa mère avait tenu à lui donner, il marcha sans ralentir un seul instant ; il avait l’ambition de commencer sa quête à la capitale, où l’on prétendait que tout était possible, et le chemin était long avant d’y parvenir. Chaque nuit où le temps fut favorable, il coucha dehors. Chaque jour, il songea à ses rêves d’avenir.

 

.

 

 

Laisser un commentaire