Papotons lecture : Le Serpent qui Danse

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Aujourd’hui, je vous présente un premier tome d’une trilogie que j’ai eu le privilège de parcourir en premier lieu dans sa version « premier jet » : Le Serpent qui Danse (La Divine Damnation) d’Elia Lasserre, une consœur autoéditée ! 📖

.

La Divine Damnation, c’est quoi ?
Pour répondre à cette question, je vous laisse découvrir le résumé du tome 1 :

.

.

.

Isaure Barrera revient à Millasia après neuf années d’exil ordonnées par le roi Rodolphe, qui a provoqué le déclin de sa famille. Son souhait ? Régler la vente du manoir familial… Et tenter de renouer avec son frère, quitte à devoir renoncer à ses titres et s’attirer la méfiance comme la cruauté de Rodolphe.
Hélas, entre la concupiscence de ce frère et la détermination du roi à la briser, les choses s’avèrent compliquées. Et lorsqu’un élixir de désir vient en plus tout bouleverser, Isaure réalise que des ennemis bien plus dangereux se tapissent dans l’ombre.

.

.

Il y a beaucoup d’éléments prometteurs, là-dedans, n’est-ce pas ? 😉 Mais est-ce que ça vaut la peine de décortiquer les 600 pages qui composent ce tome 1 pour autant ?

.

Depuis le temps, vous commencez à me connaître : je ne lis pas beaucoup de romances (pas en genre principal, j’entends), et la dark romance n’est vraiment pas ma tasse de thé. Néanmoins, je vous dis un grand « oui » ! 😄

.

Le Serpent qui Danse n’est pas parfait ; j’ai parfois trouvé certains développements un peu trop rapides ou, au contraire, trop lents à mon goût, et j’aurais voulu que certains personnages (un, surtout, dont je tairais le nom pour éviter tout spoiler éventuel) évoluent davantage, voire plus vites sur certains points. Toutefois, je ne me suis pas ennuyée à la lecture. J’ai même pris beaucoup de plaisir à redécouvrir cette histoire dans une version plus aboutie ! 📖

.

Le mélange entre intrigue fantasy et intrigue amoureuse marche à merveille : on s’intéresse autant aux relations entre les protagonistes/antagonistes qu’à l’univers ! Et pour ne rien gâcher, un peu de politique vient relever le tout. 😎

Je dois avouer que le côté fantasy du tome m’a comblée !
Millasia, son fonctionnement, sa monarchie, ses décors, sa religion, ses problèmes… Tant de points à découvrir qui donnent envie d’en apprendre toujours plus sur l’univers dans lequel évoluent Isaure et les autres. 🤩
Chaque élément est amené avec soin, presque au compte-gouttes, pour permettre une immersion douce, mais totale.

Quant au côté romance, deux choses sont particulièrement agréables avec lui.
Tout d’abord, le fait que l’autrice assume l’aspect « dark » des relations dans son roman. À aucun moment celles-ci ne sont présentées comme saines ou romantiques. Le lecteur, tout en les appréciant, se rend compte de leur côté problématique ! Un gros point positif. 🥰
Ensuite, les émotions des personnages sont nuancées, très nuancées même. Elles amènent beaucoup d’interrogations à l’esprit et de contraste à l’histoire. L’aspect psychologique est mis en avant et rend le tout intéressant.

.

Pour ne pas risquer de lâcher une information importante sur l’intrigue, je terminerai cette chronique avec un petit mot sur les protagonistes/antagonistes… 😗
Tous différents, avec des aspirations, des failles variées et du background, ils ne laissent pas indifférents. On les aime, on les déteste, on désire les secouer, on les prend en pitié ou on leur souhaite de récupérer la monnaie de leur pièce, mais impossible d’y être insensible !

.

Alors, vous ai-je donné envie de découvrir le début de cette trilogie ? 😁

.

.