Papotons lecture : La Marque (Aiden Jones, tome 1)

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Pour bien démarrer l’année, je vais vous parler de mon dernier coup de cœur : La Marque (Aiden Jones, tome 1) de Catherine Loiseau, paru chez Au Loup Editions 😊

Mais avant, en voici le résumé :

.

.

.

Londres, 1880, quelques décennies après l’invasion de la ville par des elfes, dragons et fées. Ces êtres magiques ne furent vaincus qu’au prix d’une guerre dévastatrice menée par les Magiciens du Collegium.
Aiden Jones est chasseur de critters, ces lutins, gnomes et autres pixies qui infestent encore les quartiers de Londres. Doté de pouvoirs magiques latents, il rêve d’entrer à son tour au Collegium qui forme les magiciens de la Reine Victoria.
La possibilité d’activer ses pouvoirs semble enfin à portée de main lorsqu’il apprend qu’une prime exceptionnelle sera accordée pour la capture d’un essaim de critters.
Sa quête le mène alors dans les beaux quartiers où il croise la route de Grace Fairchild, une jeune noble qui va lui proposer un pacte inattendu. Une rencontre qui le mènera peut-être plus loin encore que ce qu’il avait prévu…

.

.

Ce livre… Eh bien, il est arrivé au bon moment pour moi ! Quand je l’ai parcouru, j’ai réalisé que c’était typiquement la lecture dont j’avais besoin. 📖
Et ce pour plusieurs raisons.

En premier lieu, parce que j’ai été conquise par les deux personnages principaux : Aiden et Grace. 🥰
S’ils sont assez « classiques » pour des protagonistes de roman jeunesse, je les ai néanmoins trouvés touchants et rafraîchissants.
Vivre l’histoire en leur compagnie était très plaisant, ils nous donnent l’occasion de bien ressentir les événements.

Ensuite, parce que l’univers se découvre avec plaisir. Ses rues, ses critters, son ambiance… Le tout forme un ensemble cohérent, réfléchi qui, sans être dénué de noirceur, n’est pas sombre pour autant ! 🤩
Le voyage est agréable, divertissant et permet d’éprouver du suspens, de l’inquiétude, sans cesser de s’émerveiller du décor malgré tout.

Enfin, parce que le style d’écriture est fluide et addictif. Je me suis retrouvée à la fin de ce tome 1 bien plus vite que je ne l’aurais imaginé !
Résultat : je me suis dépêchée de commander le tome 2 (sur 3 au total) 😍

Vous l’aurez compris, je recommande cette histoire les yeux fermés !

.

Et vous ? La connaissiez-vous déjà ? Avez-vous envie de plonger dedans ? Dites-moi tout 😁

.

.

Papotons lecture : S’évader de A à Z

Et si on papotait lecture ? 📚

.

.

.

Aujourd’hui, je délaisse un peu les genres de l’imaginaire pour vous parler d’un recueil de 26 nouvelles : S’évader de A à Z. 😊
Il s’agit du premier ouvrage d’une jeune autrice de mon village : Laura Amorosi.

Jetons un œil sur son résumé, d’accord ? 📖

.

.

.

.

« Félicie sourit. Oui, elle avait eu une grande vie. Elle avait vécu la guerre, avait fait partie de la Résistance belge, avait épousé un homme, s’était retrouvée veuve, avait continué sa vie, seule, avait fréquenté d’autres hommes – ce qui ne se faisait pas à l’époque – et était devenue la première femme taxi. On pouvait effectivement la qualifier de féministe ou d’avant-gardiste. »

À seulement vingt ans, Laura Amorosi délivre ce recueil de fictions alphabétique. Vingt-six nouvelles, vingt-six univers très variés qui se suivent comme les lettres de l’alphabet, explorant le réel, l’imaginaire et leur frontière, nous faisant voyager dans le temps pour nous faire revivre des moments marquants de l’Histoire aux côtés de ses personnages uniques et hauts en couleurs. Des textes qui donnent à réfléchir tout en étant divertissants : pari réussi.

.

.

Que dire pour vous parler de ce recueil sans divulgâcher les nouvelles… 😉

Eh bien, si je n’ai pas accroché avec tous les textes proposés (ce qui est normal, vu leur nombre, certains m’ont forcément plus plu que d’autres ^^), s’il y a également parfois l’une ou l’autre maladresse, je dois avouer que j’ai malgré tout passé un bon moment en les parcourant. 📚

.

Et pour cause : en premier lieu, les thèmes abordés sont variés !

Oui, oui, le voyage est total. Lieux, personnages, époques,… Toute une palette est fournie. 😁

.

Ensuite, si l’autrice peut sembler jeune aux yeux de certains, impossible de nier la maturité de plusieurs des fameux thèmes abordés. 🤯

On sent qu’il y a une belle réflexion derrière!

.

Pour conclure, je recommande donc ce recueil aux personnes qui aiment s’évader tout en restant ancrés dans le réel, voire en affrontant les réalités de notre monde. 📖

.

Et vous ? Connaissez-vous ce livre ? Le recommanderiez-vous ? 🥰

.

.

Papotons lecture : Le Serpent qui Danse

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Aujourd’hui, je vous présente un premier tome d’une trilogie que j’ai eu le privilège de parcourir en premier lieu dans sa version « premier jet » : Le Serpent qui Danse (La Divine Damnation) d’Elia Lasserre, une consœur autoéditée ! 📖

.

La Divine Damnation, c’est quoi ?
Pour répondre à cette question, je vous laisse découvrir le résumé du tome 1 :

.

.

.

Isaure Barrera revient à Millasia après neuf années d’exil ordonnées par le roi Rodolphe, qui a provoqué le déclin de sa famille. Son souhait ? Régler la vente du manoir familial… Et tenter de renouer avec son frère, quitte à devoir renoncer à ses titres et s’attirer la méfiance comme la cruauté de Rodolphe.
Hélas, entre la concupiscence de ce frère et la détermination du roi à la briser, les choses s’avèrent compliquées. Et lorsqu’un élixir de désir vient en plus tout bouleverser, Isaure réalise que des ennemis bien plus dangereux se tapissent dans l’ombre.

.

.

Il y a beaucoup d’éléments prometteurs, là-dedans, n’est-ce pas ? 😉 Mais est-ce que ça vaut la peine de décortiquer les 600 pages qui composent ce tome 1 pour autant ?

.

Depuis le temps, vous commencez à me connaître : je ne lis pas beaucoup de romances (pas en genre principal, j’entends), et la dark romance n’est vraiment pas ma tasse de thé. Néanmoins, je vous dis un grand « oui » ! 😄

.

Le Serpent qui Danse n’est pas parfait ; j’ai parfois trouvé certains développements un peu trop rapides ou, au contraire, trop lents à mon goût, et j’aurais voulu que certains personnages (un, surtout, dont je tairais le nom pour éviter tout spoiler éventuel) évoluent davantage, voire plus vites sur certains points. Toutefois, je ne me suis pas ennuyée à la lecture. J’ai même pris beaucoup de plaisir à redécouvrir cette histoire dans une version plus aboutie ! 📖

.

Le mélange entre intrigue fantasy et intrigue amoureuse marche à merveille : on s’intéresse autant aux relations entre les protagonistes/antagonistes qu’à l’univers ! Et pour ne rien gâcher, un peu de politique vient relever le tout. 😎

Je dois avouer que le côté fantasy du tome m’a comblée !
Millasia, son fonctionnement, sa monarchie, ses décors, sa religion, ses problèmes… Tant de points à découvrir qui donnent envie d’en apprendre toujours plus sur l’univers dans lequel évoluent Isaure et les autres. 🤩
Chaque élément est amené avec soin, presque au compte-gouttes, pour permettre une immersion douce, mais totale.

Quant au côté romance, deux choses sont particulièrement agréables avec lui.
Tout d’abord, le fait que l’autrice assume l’aspect « dark » des relations dans son roman. À aucun moment celles-ci ne sont présentées comme saines ou romantiques. Le lecteur, tout en les appréciant, se rend compte de leur côté problématique ! Un gros point positif. 🥰
Ensuite, les émotions des personnages sont nuancées, très nuancées même. Elles amènent beaucoup d’interrogations à l’esprit et de contraste à l’histoire. L’aspect psychologique est mis en avant et rend le tout intéressant.

.

Pour ne pas risquer de lâcher une information importante sur l’intrigue, je terminerai cette chronique avec un petit mot sur les protagonistes/antagonistes… 😗
Tous différents, avec des aspirations, des failles variées et du background, ils ne laissent pas indifférents. On les aime, on les déteste, on désire les secouer, on les prend en pitié ou on leur souhaite de récupérer la monnaie de leur pièce, mais impossible d’y être insensible !

.

Alors, vous ai-je donné envie de découvrir le début de cette trilogie ? 😁

.

.

Papotons lecture : Féro(ce)cités

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Ce mois-ci, j’ai envie de vous parler d’une anthologie.

Plus précisément, d’une anthologie de fantasy animalière parue chez Projets Sillex : Fero(ce)cités.

.

.

.

.

À plumes, poils ou écailles, les animaux qui peuplent ce recueil ont tous les atours de l’humanité. Mais ne vous y trompez pas : cela ne devrait pas vous rassurer. Dans Féro(ce)cités, 10 autrices et auteurs s’emparent du genre de la fantasy animalière et vous livrent autant de récits tantôt touchants tantôt cruels autour de la ville et du pouvoir.

Attention : si aucun animal n’a été maltraité dans la confection de ce recueil, nous ne pouvons malheureusement pas garantir que ce sera le cas entre ces pages.

.

.

Féro(ce)cités est un recueil de dix nouvelles, et un magnifique recueil ! La couverture rigide, la jaquette, les illustrations ; autant de points qui en font un très bel objet à afficher fièrement dans sa bibliothèque. Mais les histoires ? me direz-vous. Sont-elles à la hauteur du rendu de l’ouvrage ? Méritent-elles le coup d’œil ?

Ce à quoi je réponds par un grand oui ! Féro (ce) cités vaut largement la peine d’être lu. Bien sûr, certaines nouvelles m’ont moins inspirée que d’autres, mais il s’agit d’une simple question de goût, car chaque texte est travaillé et se laisse découvrir avec plaisir.

.

La fantasy animalière est un genre que je n’ai pas souvent l’occasion d’explorer, un genre auquel je suis moins familière. Des échos que j’en ai parfois, il n’est pas rare qu’elle rebute les lecteurs ou que ceux-ci s’interrogent sur l’utilité d’avoir des animaux comme personnages si l’intrigue s’avère identique avec des humains…

Eh bien… Je n’ai absolument pas retrouvé ce « problème » dans l’anthologie, croyez-moi ! Les animaux rencontrés entre ses pages apportent un réel plus aux différents récits, leurs caractéristiques propres sont exploitées à merveille. Oui, vraiment, nous n’oublions à aucun moment à qui nous avons affaire. Une belle réussite.

.

Quant aux nouvelles en elle-même, quelle bonne surprise de découvrir qu’il y en a pour tous les goûts ! Que vous aimiez la douceur, la violence, les « happy ends », les fins tragiques ou entre les deux, vous serez servi.

De quoi passer un moment lecture rempli d’émotions, toutes variées !

Ma préférée ? La Voix des écorces

.

En bref, je ne peux que vous conseiller ce titre.

.

Bonus : voici les nouvelles qui m’ont le plus charmée, pour des raisons diverses :

— Mus de la Brèche

— Albas de Jais, l’Anonymographe

— Peau de lapin, peau de chagrin

— Que gèle la sève

.

Connaissez-vous cette anthologie ? L’avez-vous lue ? Si oui, quel est votre texte favori ?

.

.

Papotons lecture : Biotanistes

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Ce mois-ci, vous l’avez choisi sur Instagram, je vous parle d’un roman d’une autrice belge paru chez ActuSF : Biotanistes, de Anne-Sophie Devriese.

On jette un œil au résumé ? 😊

.

.

.

.

Quelque part dans le futur. La terre est sèche. Des grappes d’humains survivent dans les dernières oasis. Terminé les ruisseaux, terminé les animaux, terminé… la domination masculine. Parce qu’elles semblent être les seules à survivre à une maladie qui décime l’humanité, les femmes ont pris le pouvoir et les hommes sont relégués au rang de reproducteurs.

Rim, jeune sorcière élevée au convent voit son premier saut dans le passé approcher avec impatience et fébrilité : et si elle n’atterrissait pas en zone utile et devait renoncer pour toujours à voyager dans le temps ? Et puis, qui est Alex, cette nouvelle venue qui la déroute tant et la pousse à reconsidérer ses certitudes ? Et si… et si les hommes, en vérité, pouvaient survivre au fléau ?

.

.

Personnellement, j’ai tout de suite été intriguée. Et je ne regrette pas ma lecture 😁

.

Si certains passages apparaissent un peu moins travaillés que d’autres, l’univers qui se développe tout au long de l’histoire est suffisamment intéressant pour le laisser oublier !

J’ai particulièrement aimé la réflexion sur l’égalité homme/femme qui s’en dégage. Une jolie réussite 🥰

.

L’écriture est belle et marque par l’aisance avec laquelle elle nous laisse deviner moult choses sur l’intrigue sans les dire directement. 🙂

.

Quant aux personnages, il est impossible de ne pas s’attacher à plusieurs d’entre eux tant ils sont variés et bien construits.

.

En bref, voilà un roman que je vous recommande 😉

.

.

Papotons lecture : Le prieuré de l’Oranger

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Ce mois-ci, on se retrouve avec un livre dont j’ai beaucoup entendu parler avant de le parcourir : Le Prieuré de l’Oranger, de Samantha Shannon. 📖

Un roman riche et approfondi, qui s’est révélé plein d’agréables surprises.

.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, en voici le résumé :

.

.

.

Un monde divisé.

Un reinaume sans héritière.

Un ancien ennemi s’éveille.

La maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle…

Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela.

De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.

Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil… Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.

.

.

Je ne sais pas vous, mais moi, ça m’a tout de suite convaincue de le commencer !

Et, vous l’aurez compris, je ne le regrette pas.

Outre l’intrigue de Fantasy que j’ai adorée (amateurs et amatrices de dragons, de guerres et de forces du mal, ce livre est fait pour vous), deux points précis m’ont vraiment marquée à la lecture :

.

Premièrement, la richesse et la diversité des personnages féminins.

Eh oui, non seulement les femmes sont nombreuses dans l’histoire, mais en plus, elles sont toutes différentes, variées… On ne tombe ni dans le travers du syndrome de la Schtroumpfette ou des figures de style « la mère, la putain et la demoiselle en détresse » ni dans celui où la femme forte est obligatoirement une guerrière redoutable au caractère trempé.

Un vrai plaisir, une bouffée d’air frais.

.

Ensuite, et deuxièmement, l’accent mis sur la religion et la déconstruction de croyances personnelles.

Dans ce récit, c’est fait d’une manière parfaitement maîtrisée, qui m’a beaucoup plu ! J’ai adoré regarder les personnages être torturés par le décalage entre ce en quoi ils ont toujours cru et ce qu’on leur affiche sous le nez au fil du roman.

En conclusion, tout cela a fait que Le Prieuré est devenu une lecture incontournable de l’imaginaire pour moi. Une lecture que je vous recommande chaudement.

.

Et vous ? Partagez-vous cet avis ?

.

.

Papotons lecture : Notre-Dame des Loups

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Aujourd’hui, je vous présente un livre d’Adrien Tomas, dont j’ai déjà pu découvrir la plume efficace avec La Geste du Sixième Royaume.
Focus sur… Notre Dame des Loups. 🐺

.

.

.

.

1868, aux confins de l’Amérique, les Veneurs, une petite troupe d’hommes et de femmes sans foi ni loi, aux munitions forgées d’argent, l’âme froide comme l’acier, parcourent les immensités de l’Ouest sauvage. Ils s’enfoncent, la peur au ventre mais déterminés, dans les gigantesques forêts que seuls les Indiens et les pionniers arpentent. Ils connaissent leur mission : elle pue le sang et la mort. Elle a le son des chairs qui se déchirent et des os qui rompent, des incantations vaudou, des balles qui sifflent et des molosses qui aboient. Au loin, les premiers hurlements se font entendre. La chasse commence… Une chasse qui doit réussir quel qu’en soit le prix. Une chasse pour abattre leur plus terrible ennemie : Notre-Dame des Loups.

.

.

Prometteur, n’est-ce pas ? Eh pourtant, ce n’est pas le résumé qui m’a donné envie de plonger dans cet ouvrage, non. Une fois n’est pas coutume, je me suis laissé tenter en lisant des avis… et je ne le regrette pas !
Car, bien que court, le roman n’en est pas moins efficace ; je l’ai dévoré d’une traite. 😁

L’intrigue, bien imaginée, fonctionne à merveille grâce aux différentes voix qui la composent : des personnages pas forcément recommandables, mais intéressants à découvrir.
De quoi vous étonner.

Mais la plus grande force de Notre-Dame des Loups réside dans sa construction ! 😍
Originale et sortant des sentiers battus, on pourrait la croire facile au premier abord, s’attendre à une certaine logique… pour réaliser ensuite que la surprise demeure présente et joliment amenée.
Un mécanisme réussi et très agréable à observer.

En bref, voilà une lecture que je recommande les yeux fermés. 👍

Connaissez-vous ce livre et cet auteur ? L’avez-vous déjà lu ? Je vous écoute. 😊

.

.

Papotons lecture : Les Aînés, Tome 2

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Ce mois-ci, j’ai envie de vous présenter une suite, et plus particulièrement un tome 2 avec… Le Cycle Honni (Les Aînés 2) de Serenya Howell, à paraître en août aux éditions Plume Blanche.

J’ai en effet la chance d’avoir bêta lu cette saga et d’avoir pu redécouvrir ce tome en avant-première. Une chance que je ne regrette pas !

.

Mais Le Cycle Honni, ça parle de quoi ?

Focus sur le résumé :

.

Depuis des Cycles, tous connaissent Talyä, la Furie.
Celle qui fut le Maître le plus redoutable et le plus redouté de Mort.
Celle qui causa massacres, bains de sang et dont le nom, aujourd’hui encore, fait frémir tous les Aspirants.

Voilà ses carnets, son histoire. Avant qu’elle ne devienne légende, puis mythe.
Des siècles avant l’avènement de Dënorh.

.

.

.

.

Ça donne des frissons, non ?

.

Si je vous avoue avoir une préférence pour le personnage de Dënorh et pour le tome 1 de la trilogie (dans mon cœur à jamais), l’histoire de Talyä la Furie n’en est pas moins excellente, loin de là.

Très axé sur les conquêtes et la stratégie, ce Cycle passionnant nous montre jusqu’où l’envie de vengeance peut mener une âme à la base innocente, et à quel point la moindre décision s’avère parfois fatale pour un rêve, un espoir…
Et vous savez quoi ? Je crois bien qu’une vengeance ne m’avait pas autant plu depuis « Servir froid », de Joe Abercrombie !

Talyä est un personnage détesté à l’époque des deux premiers Cycles Corrompus, nous y effleurons à peine sa terrible renommée, mais dans ce tome, nous apprenons, à chaque page tournée, à la connaître, la comprendre et l’apprécier.
Ses ressentis sont d’ailleurs si justes et puissants qu’il est impossible d’être indifférent à ce personnage.

Et que dire de ses décisions, qui façonnent peu à peu toute l’intrigue ? Chacune est réfléchie et possède un but précis ! Si bien que le récit en devient addictif – attention à vos heures de sommeil !

.

En bref, et parce que j’ai peur de vous spoiler si j’en révèle plus, je conclurai ce billet par un conseil : foncez sur ce roman à sa sortie, vous ne le regretterez pas.

.

.

Papotons lecture : Lady Falkenna

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Ce mois-ci, j’ai envie de vous parler d’une lecture toute récente, une lecture que j’ai reçue lors du premier confinement avec le #ConfinementLecture : les deux tomes de Lady Falkenna, d’Alizée Villemin, parus chez Lune Écarlate. 😊
.
Ça vous tente ? Alors on commence par un petit point sur le résumé…
.

.

.
Lady Falkenna – Eve pour les intimes – est une jeune femme au tempérament bien trempé. Chasseuse de l’occulte, elle quitte parfois son domaine niché au sein de l’Angleterre victorienne pour plonger dans un monde où l’emprise de la magie se révèle chaque jour plus importante, où les dragons griffent les ardoises parisiennes et les faëries dansent sur la Tamise…

.

Prometteur, non ? 😁
Depuis le temps, vous me connaissez ! Il doit vous être facile de comprendre que plusieurs éléments de cette quatrième de couverture m’ont attirée.
.
Eh bien, malgré quelques petits points qui auraient selon moi mérité plus d’approfondissement et de développement (mais je me suis laissé dire que l’histoire allait ressortir en 2021 dans une version retravaillée, que j’ai évidemment hâte de découvrir !), je vous avoue avec joie que je n’ai pas été déçue. 🥰
L’intrigue est parfaite si vous désirez passer un moment loin de tout, voire oublier tous les soucis qu’a pu apporter 2020 dans son sillage !
.
En effet, non seulement le rythme est maîtrisé et nous tient en haleine, mais en plus, nous sommes plongés dans l’univers du diptyque d’entrée de jeu ; original et bien pensé, le monde dans lequel vit Lady Falkenna est aussi passionnant qu’elle-même. 🤩
Croyez-moi, il est impossible de s’ennuyer au cours de cette aventure, qui m’a surprise dans son évolution.
.
Pour faire court, Lady Falkenna est une belle découverte, que je recommande en particulier aux amateurs de steampunk et de fantastique. 😊
.
Et vous ? Connaissez-vous ces deux romans ? Les avez-vous déjà parcourus ? 📖

.

Rose

.

.

Papotons lecture : Histoire Éternelle

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Peu d’entre vous ignorent encore mon amour pour les productions des studios Walt Disney, et pour les contes en général – en particulier celui de La Belle et la Bête. 🌹
Aujourd’hui, j’ai donc envie de vous parler d’une réécriture de ce conte, qui est aussi (comble du bonheur ! 😁) une réécriture du dessin-animé éponyme.

Je vous le donne dans le mille : il s’agit d’Histoire Éternelle, de Liz Braswell. 📖

Jetons un coup d’œil au résumé…

.

.

.

Belle est une jeune femme vive: intelligente, ingénieuse, impatiente. Curieuse, elle n’aspire qu’à échapper définitivement à son petit village. Elle veut explorer le monde, malgré les réticences de son père à quitter leur chaumière, au cas où la mère de Belle reviendrait – une mère dont elle se souvient à peine.
Mais Belle est surtout la prisonnière d’une bête effrayante et colérique – et c’est son principal souci. Pourtant, quand Belle touche la rose enchantée de la Bête, des images étranges la submergent, des images d’une mère qu’elle pensait ne jamais revoir. Plus étrange encore, elle réalise que sa mère n’est autre que la belle enchanteresse qui, jadis, a maudit la Bête, son château, et tous ses habitants. Sous le choc, Belle et la Bête doivent s’unir pour percer le sombre secret autour de leurs familles – un secret vieux de vingt et un ans.

Ceci n’est pas l’histoire de la Belle et la Bête telle que vous la connaissez. C’est une histoire de famille. De magie. D’amour. Une histoire où un seul détail peut tout changer.

.

.

Sympathique, non ?
Pas étonnant que j’ai craqué ! 😊

Oh, bien sûr, il existe déjà tant de réécritures de la Belle et la Bête et le film Disney en étant une, quel est l’intérêt de ce livre, me direz-vous ?
Eh bien, figurez-vous qu’il s’agit de son originalité et de sa complémentarité avec ledit Disney. 🙂

Eh oui. En plus d’offrir une alternative intéressante à l’intrigue originale et d’y apporter de la profondeur, Liz Braswell nous propose de découvrir un tout autre monde, qui côtoie celui des Français et du village de Belle : le royaume enchanté des parents de la Bête qui, lui, abrite aussi bien des humains que des êtres surnaturels.
Un royaume en proie à une guerre de l’ombre entre ces deux peuples.
Un royaume propice à une malédiction. 🥀

Rien que pour l’Histoire de cet endroit, ses conséquences sur le conte en lui-même, et les nombreuses incursions dans le passé – qui se déroulent presque toutes avant la naissance de Belle –, ce roman vaut le détour, je vous le promets.
Un petit bijou ! 😊

Amateurs/amatrices de romances intemporelles et d’univers construits, cette lecture est pour vous. 😁

.

Rose

.

.