De la difficulté de se reposer sans culpabiliser

De la difficulté de se reposer sans culpabiliser.

.

.

.
Souffrez-vous aussi de ce problème ? Vous arrive-t-il également de décider de vous accorder une journée/un moment de repos parce que la fatigue ou autre vous taraude, mais de ne pas arriver à vous détendre pleinement, car vous vous en voulez de ne rien faire ?

Personnellement, c’est presque systématique !

.

.

.

.

Je ne sais pas si c’est parce que mon but est de réussir à vivre un jour de mes livres ou parce que je suis ma propre patronne, sans horaire fixe, mais dès que je ne tiens pas le planning que je me suis établie, peu importe le pourquoi et sa légitimité, je me sens coupable.

Coupable de ne pas en faire plus pour réaliser mes projets.

Coupable de retarder mon rêve.

Coupable de perdre un temps que j’aurai pu passer à écrire, corriger, chercher des salons…

Etc.

.

Pourtant, au fond, j’ai bien conscience qu’il est essentiel de ne pas trop en faire – au risque de finir par craquer. Je n’ignore pas non plus qu’il faut parfois lâcher prise, prendre soin de soi, reculer pour mieux avancer.

Mais rien à faire ! Il y a toujours une petite voix en moi qui m’assaille de reproches…

.

Alors, en 2023, j’ai décidé que j’allais travailler là-dessus. Que j’allais me concentrer sur ce qui est fait, et pas sur ce qui pourrait être fait encore en plus.

Même si ça va me demander de gros efforts, je vais me contenter de chacune de mes avancées et réalisations. Et profiter des moments de repos que je m’offre quand j’en ressens le besoin.

Parce que je ne suis pas une machine et qu’il est inhumain et impossible d’être toujours à 100 %. Parce que je fais de mon mieux et n’ai pas à m’en vouloir si ce mieux n’est pas le même tous les jours.

.

Et vous savez quoi ? Cette vérité s’applique aussi à vous.

Prenez soin de vous avant tout.

.

.