Replonger dans l’univers d’une œuvre terminée et publiée

Replonger dans l’univers d’une œuvre terminée et publiée

.

.

.

Peut-être l’avez-vous vu passer, en ce moment, j’écris une nouvelle sur Flocon, le chien spectral de Caleb (personnage principal de ma dualogie Au-delà du Voile). 🐺

Avec La Démone, nouvelle parue au format numérique en 2021, c’est déjà la deuxième fois que je me replonge dans cet univers…

Et pourtant, c’est un exercice auquel je m’emploie très peu ! ✍️

.

.

.

.

Hmm… À vrai dire, avant les deux exemples que je viens de vous citer, je ne m’y étais jamais vraiment exercée.

Pourquoi, me demanderez-vous ?
Eh bien, parce que j’ai tendance à penser qu’une fois un ouvrage fini, il doit le rester. 📘

.

On peut bien sûr continuer à écrire avec ses personnages ou ses décors pour son propre plaisir. Mais, et ce n’est que mon avis, je le précise, si ça n’apporte rien de plus à l’œuvre de base et que le temps passé dessus pourrait être employé à créer une nouvelle histoire, autant s’occuper de cette nouvelle histoire !

J’avoue aussi avoir quelques craintes sur le processus, la plupart venant de mon expérience de lectrice. 😨
La peur d’en faire trop, de proposer du réchauffé, un texte clairement en deçà de l’original… Brrr !

.

Heureusement, mon opinion ne m’empêche pas d’apprécier le plongeon dans mes « anciens » univers, loin de là.
Retrouver Flocon m’amuse énormément. C’est si agréable de retourner au Royaume de la Mort ! 💖

Allez, pour être même tout à fait honnête, je crois que ça ne me déplairait pas de remettre les pieds à Escarpe (Les Enfants de la Déesse) ou de remonter le temps à Khalitekla (Les Chroniques de Khalitekla)…
Peut-être un jour, qui sait ? 😉

.

Et vous ? En tant qu’auteur/autrice ou lecteur/lectrice, que pensez-vous des œuvres spin-off en littérature ? 🤗

.

.