Quand les réseaux sociaux provoquent des sentiments contradictoires

Quand les réseaux sociaux provoquent des sentiments contradictoires

.

.

.

Vous arrive-t-il d’avoir des sentiments mitigés sur certaines choses ?
En ce moment, c’est mon cas vis-à-vis des réseaux sociaux…

Pourquoi ?
Je m’explique juste en dessous.

.

.

.

.

Avant de me lancer en tant qu’autrice, les réseaux sociaux, j’y étais très peu.
En vérité, je ne possédais que Facebook et mon compte était désert de toute publication ; je m’en servais pour la messagerie instantanée.

Puis, avec la parution de mon premier livre, j’ai commencé à m’y intéresser…
J’ai créé une page Facebook, un compte Twitter, un autre sur Instagram.

Et vous savez quoi ? C’était vraiment cool !
Même si j’étais loin d’être une professionnelle de la communication (je ne le suis toujours pas bien que je me sois beaucoup améliorée), j’ai vite accroché avec les possibilités d’échanges que ces outils offraient.

Encore aujourd’hui, j’aime préparer mes différents posts et, surtout, répondre à vos messages et commentaires !
Garder un peu de proximité en dehors des salons est quelque chose de plaisant, qui aide à se souvenir que l’écriture n’est pas qu’un métier solitaire.

.

Sauf qu’avec les années… eh bien, les algorithmes et compagnie ont pas mal altéré l’expérience procurée par ces mêmes réseaux sociaux, de mon point de vue.
La visibilité y est moindre : il faut produire toujours plus de contenus pour espérer toucher une petite part de son « audience ». Le format vidéo y est presque imposé alors qu’il ne correspond pas à tour le monde (dont moi, je le reconnais). Etc.

Conséquence : je réalise que je passe parfois plus de temps à gérer tous mes comptes qu’à écrire, et ça pour un résultat presque vain…

Le constat m’attriste, je ne vous le cache pas. D’autant que je me suis attachée à ses réseaux, et plus encore à ceux et celles qui m’y suivent.

Bien sûr, j’ai (heureusement) mon site qui me sert de vitrine. Et j’ai aussi lancé une newsletter pour nous permettre de meilleurs échanges. (Elle est à droite, si vous le souhaitez)
Malgré tout, je me demande souvent dans quelle direction vont aller les choses.
Une part de moi, optimisme, espère un changement dans le bon sens…

.

Partagez-vous mon ressenti ?

.

.