Papotons lecture : Les Aînés, Tome 2

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Ce mois-ci, j’ai envie de vous présenter une suite, et plus particulièrement un tome 2 avec… Le Cycle Honni (Les Aînés 2) de Serenya Howell, à paraître en août aux éditions Plume Blanche.

J’ai en effet la chance d’avoir bêta lu cette saga et d’avoir pu redécouvrir ce tome en avant-première. Une chance que je ne regrette pas !

.

Mais Le Cycle Honni, ça parle de quoi ?

Focus sur le résumé :

.

Depuis des Cycles, tous connaissent Talyä, la Furie.
Celle qui fut le Maître le plus redoutable et le plus redouté de Mort.
Celle qui causa massacres, bains de sang et dont le nom, aujourd’hui encore, fait frémir tous les Aspirants.

Voilà ses carnets, son histoire. Avant qu’elle ne devienne légende, puis mythe.
Des siècles avant l’avènement de Dënorh.

.

.

.

.

Ça donne des frissons, non ?

.

Si je vous avoue avoir une préférence pour le personnage de Dënorh et pour le tome 1 de la trilogie (dans mon cœur à jamais), l’histoire de Talyä la Furie n’en est pas moins excellente, loin de là.

Très axé sur les conquêtes et la stratégie, ce Cycle passionnant nous montre jusqu’où l’envie de vengeance peut mener une âme à la base innocente, et à quel point la moindre décision s’avère parfois fatale pour un rêve, un espoir…
Et vous savez quoi ? Je crois bien qu’une vengeance ne m’avait pas autant plu depuis « Servir froid », de Joe Abercrombie !

Talyä est un personnage détesté à l’époque des deux premiers Cycles Corrompus, nous y effleurons à peine sa terrible renommée, mais dans ce tome, nous apprenons, à chaque page tournée, à la connaître, la comprendre et l’apprécier.
Ses ressentis sont d’ailleurs si justes et puissants qu’il est impossible d’être indifférent à ce personnage.

Et que dire de ses décisions, qui façonnent peu à peu toute l’intrigue ? Chacune est réfléchie et possède un but précis ! Si bien que le récit en devient addictif – attention à vos heures de sommeil !

.

En bref, et parce que j’ai peur de vous spoiler si j’en révèle plus, je conclurai ce billet par un conseil : foncez sur ce roman à sa sortie, vous ne le regretterez pas.

.

.

On plonge ensemble au cœur des Enfants de la Déesse ?

On plonge ensemble au cœur des Enfants de la Déesse ?

.

.

.

Coucou, vous tous ! 😊

À l’heure où les BL des Enfants de la Déesse se terminent tout doucement, j’ai très très envie de vous parler un peu plus en détail de ce projet qui compte beaucoup à mes yeux.

Et pour ce faire, quoi de mieux que la question du mois du forum l’Allée des Conteurs (que je ne peux que vous recommander 😉) !

 .

Cette fameuse question, la voici :

Parlez-nous du lieu principal d’un de vos projets : le décrire, expliquer pourquoi ce lieu, et l’illustrer (avec des photos, dessins, ce que vous avez, juste pour qu’on puisse visualiser)

Très intéressant, vous ne trouvez pas ? 😁

.

Alors…

Pour y répondre, je vais vous parler d’un endroit précis dans l’histoire des Enfants de la Déesse. En effet, le lieu principal du récit étant Escarpe, un continent tout entier, je préfère me focaliser sur…

.

La Forêt et, plus particulièrement, ses campements de Lycanthus libres.

.

.

.

.

Pour la mise en contexte, la fameuse Forêt occupait autrefois l’intégralité d’Escarpe ; jusqu’à l’arrivée des Hommes, débarqués du Grand Continent, elle était le territoire des Lycanthus, un peuple d’hommes-loups pourvus d’une magie de vie.

Vous vous en doutez, un tel pouvoir a effrayé les Hommes, qui ont vu une menace en lui, en leurs propriétaires, et ont donc décidé de tout détruire… Résultat : aujourd’hui, la Forêt a la réputation d’être hantée par les fantômes des Lycanthus décimés et n’occupe plus qu’un tiers d’Escarpe, devenue une terre d’Hommes. Les Lycanthus rescapés des purges, quant à eux, sont réduits à l’état d’esclave et portent des entraves qui les coupent de leur magie.

Mais voilà, ce que tout le monde ignore, c’est qu’une poignée de Lycanthus a réussi à se cacher des Hommes à l’époque des purges et évolue toujours au cœur de leur Forêt.

.

On en arrive donc… aux campements évoqués plus haut !

.

Je suppose que ça ne vous étonnera pas si je vous révèle que le but premier des Lycanthus libres est de le demeurer et, de ce fait, de rester éloignés des Hommes. Toute leur vie même est concentrée sur ce but, en vérité.

Ainsi, au lieu d’avoir des huttes au sol et de vivre en meutes sans lien entre elles comme leurs ancêtres, ils ne forment plus qu’une seule meute communicante, dispersée dans toute la Forêt. Ils habitent dans des cabanons construits en hauteur, à même les sapins, dans des villages aériens. Ont des sentinelles qui surveillent l’orée de la Forêt. Ils s’assurent que les légendes sur le caractère hanté de la Forêt perdurent pour que les Hommes n’y remettent pas les pieds, élèvent leurs enfants en leur enseignant la voie de la Déesse, qu’ils suivaient tous avant les purges et l’arrivée de la religion du Père induite par les Hommes, etc.

.

La Forêt est un endroit sur lequel j’ai adoré écrire.

.

Pourquoi ? Parce qu’en plus du joli paysage forestier (que j’apprécie grandement) qui le constitue, c’est un lieu chargé de mémoire, de traditions et qui dégage une atmosphère particulière : un mélange de souvenirs passé, d’espoirs et de craintes pour l’avenir.

.

En bref, j’ai beaucoup aimé m’y plonger et y retournerai bien !

.

.

Papotons lecture : questions/réponses

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Et si on papotait lecture ? 📖 

.

Aujourd’hui, je vous propose un « Papotons lecture » un peu spécial…

En effet, au lieu de vous parler d’une de mes découvertes, j’ai envie qu’on fasse plus ample connaissance au travers de nos lectures, récentes ou passées. 🙂

Ainsi, que diriez-vous d’un petit jeu de cinq questions/réponses sur le sujet ? Je vous pose les premières ici et, si vous le désirez (il n’y a bien sûr aucune obligation), vous me donnez vos réponses en commentaires, MP sur les RS, mail… Ce que vous souhaitez !

On tente ? 😉

.

.

.

.

Alors en avant pour les questions :

.

.

  1. Avez-vous un livre ou une saga favorite, que vous pourriez relire et relire sans jamais vous lasser ? (Oui, elle est difficile, je sais… N’en choisir qu’un est souvent impossible et je ne vous en voudrais pas d’en citer plusieurs. 😜)
  1. Quel est votre genre littéraire de prédilection ?
  1. Citez-moi dans l’ordre… votre dernier coup de cœur, un livre dont l’univers vous a happé, un livre dont le thème vous a parlé, un livre dont l’histoire/les personnages/autres sont venus vous hanter en rêve, un livre qui vous a fait rire et un livre qui vous a poussé à réfléchir. (Là aussi, si vous en avez plusieurs qui vous passent par la tête dans chaque catégorie, faites-vous plaisir 😊)
  1. Quel(s) livre(s) ont réussi à vous faire sortir de votre genre littéraire de prédilection ?
  1. Quelle est votre lecture en cours ou à venir ?

.

.

Et pour ceux et celles que ça intéresserait, je vous mets mes propres réponses :

.

.

  1. Avez-vous un livre ou une saga favorite, que vous pourriez relire et relire sans jamais vous lasser ? (Oui, elle est difficile, je sais… N’en choisir qu’un est souvent impossible et je ne vous en voudrais pas d’en citer plusieurs. 😜)

.

Princesse Bride, de William Goldman.

.

  1. Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

.

L’imaginaire, avec une préférence pour la fantasy, les contes et le fantastique.

.

  1. Citez-moi dans l’ordre… votre dernier coup de cœur, le livre qui a fait de vous un lecteur/une lectrice, un livre dont l’univers vous a happé, un livre dont le thème vous a parlé, un livre dont l’histoire/les personnages/autres sont venus vous hanter en rêve, un livre qui vous a fait rire et un livre qui vous a fait réfléchir. (Là aussi, si vous en avez plusieurs qui vous viennent en tête dans chaque catégorie, faites-vous plaisir 😊)

.

— Histoire Éternelle, de Liz Braswell.

— La saga Harry Potter, de J.K. Rowling.

— La Geste du Sixième Royaume, d’Adrien Thomas.

— Pandémonium, d’Aurélie Mendonça.

— Les Aînés, de Serenya Howell.

— J’agonise fort bien, merci, de Oren Miller et De bons présages, de Neil Gaiman et Terry Pratchett.

— Abysse, de Frank Schatzing et la trilogie Éternité, de Magali Ségura.

.

  1. Quel(s) livre(s) ont réussi à vous faire sortir de votre genre littéraire de prédilection ?

.

La Pierre Sacrée, de Barbara Wood ; Le jardin des secrets, de Kate Morton ; Les yeux de Sophie, de Jojo Moyes.

.

  1. Quelle est votre lecture en cours ou à venir ?

.

Midnigth sun, de Stephenie Meyer.

.

.

Avons-nous des points communs ?

J’espère que ce petit questionnaire vous a amusé. 🥰

.

Rose

.

.

Papotons lecture : Histoire Éternelle

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Peu d’entre vous ignorent encore mon amour pour les productions des studios Walt Disney, et pour les contes en général – en particulier celui de La Belle et la Bête. 🌹
Aujourd’hui, j’ai donc envie de vous parler d’une réécriture de ce conte, qui est aussi (comble du bonheur ! 😁) une réécriture du dessin-animé éponyme.

Je vous le donne dans le mille : il s’agit d’Histoire Éternelle, de Liz Braswell. 📖

Jetons un coup d’œil au résumé…

.

.

.

Belle est une jeune femme vive: intelligente, ingénieuse, impatiente. Curieuse, elle n’aspire qu’à échapper définitivement à son petit village. Elle veut explorer le monde, malgré les réticences de son père à quitter leur chaumière, au cas où la mère de Belle reviendrait – une mère dont elle se souvient à peine.
Mais Belle est surtout la prisonnière d’une bête effrayante et colérique – et c’est son principal souci. Pourtant, quand Belle touche la rose enchantée de la Bête, des images étranges la submergent, des images d’une mère qu’elle pensait ne jamais revoir. Plus étrange encore, elle réalise que sa mère n’est autre que la belle enchanteresse qui, jadis, a maudit la Bête, son château, et tous ses habitants. Sous le choc, Belle et la Bête doivent s’unir pour percer le sombre secret autour de leurs familles – un secret vieux de vingt et un ans.

Ceci n’est pas l’histoire de la Belle et la Bête telle que vous la connaissez. C’est une histoire de famille. De magie. D’amour. Une histoire où un seul détail peut tout changer.

.

.

Sympathique, non ?
Pas étonnant que j’ai craqué ! 😊

Oh, bien sûr, il existe déjà tant de réécritures de la Belle et la Bête et le film Disney en étant une, quel est l’intérêt de ce livre, me direz-vous ?
Eh bien, figurez-vous qu’il s’agit de son originalité et de sa complémentarité avec ledit Disney. 🙂

Eh oui. En plus d’offrir une alternative intéressante à l’intrigue originale et d’y apporter de la profondeur, Liz Braswell nous propose de découvrir un tout autre monde, qui côtoie celui des Français et du village de Belle : le royaume enchanté des parents de la Bête qui, lui, abrite aussi bien des humains que des êtres surnaturels.
Un royaume en proie à une guerre de l’ombre entre ces deux peuples.
Un royaume propice à une malédiction. 🥀

Rien que pour l’Histoire de cet endroit, ses conséquences sur le conte en lui-même, et les nombreuses incursions dans le passé – qui se déroulent presque toutes avant la naissance de Belle –, ce roman vaut le détour, je vous le promets.
Un petit bijou ! 😊

Amateurs/amatrices de romances intemporelles et d’univers construits, cette lecture est pour vous. 😁

.

Rose

.

.

Papotons lecture : Un pétale par sourire

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un livre un peu particulier, puisque je l’ai lu et bêta lu quand il n’était encore qu’une novella, et qu’il a en plus été écrit par ma correctrice…
Voici donc Un pétale par sourire de Justine CM, paru chez Livresque ! 🌸

.

.

.

Héloïse, une jeune femme de vingt-huit ans en situation de précarité, emménage avec sa famille dans une maison possédant un magnifique sakura. Désireuse de se reconstruire, elle subit malheureusement la colère de sa sœur et l’influence malfaisante du nouveau compagnon de sa mère. Par chance, elle peut compter sur le soutien de sa grand-mère dont elle s’occupe en attendant de retrouver du travail. Au milieu du tumulte de sa vie, un phénomène étrange se produit de façon régulière : quelqu’un dépose une fleur de cerisier dans sa chambre. Plusieurs mois plus tard, un yōkaï apparaît dans ses rêves. Il est le mystérieux livreur de fleurs. Lié au sakura et victime d’une malédiction, il réclame l’aide d’Héloïse. Entre son existence difficile et ce monde onirique qui prend peu à peu place dans la réalité, Héloïse parviendra-t-elle à les sauver tous les deux ?

.

.

Un résumé prometteur, vous n’êtes pas d’accord ? 🧐

.

Que vous dire… ?

.

Lorsque j’ai reçu et relu ce roman (après avoir admiré sa jolie couverture et ses dessins intérieurs, je l’avoue 😜), la première chose qui m’a marqué est l’évolution qu’a subie l’histoire…
Changer le format d’un texte peut être risqué, mais ici, ce fut un pari réussi ! 😁
Le développement de l’intrigue a été poussé jusqu’au bout, et le récit y a beaucoup gagné, croyez-moi.

.

Un pétale par sourire est un parfait mélange de vie réelle et de fantastique.
Les thèmes qui y sont abordés sont parfois durs à digérer, mais tous, absolument tous, résonnent en nous avec des accents de vérité et nous rappelle que nous sommes humains. 😊

.

Le quotidien d’Heloïse, l’héroïne, est sincère, brut, cruel ; il nous évoque nos propres épreuves et à quel point la vie peut nous mettre des bâtons dans les roues.
Et pourtant, le livre n’en est pas moins imprégné d’imaginaire, qui nous transporte, nous laisse croire aux légendes comme à l’amour…
Une belle prouesse ! ✨

.

En outre, culture française et japonaise se mélangent dans cette fameuse dimension fantastique. Un mix étonnant, mais qui fonctionne grâce aux habiles manœuvres de l’autrice.
Chapeau bas. 🙂

.

Pour conclure, voilà une lecture que je conseille aux personnes qui aiment ressentir de l’empathie envers les personnages, n’ont pas peur de se pencher sur des thèmes tels que la dépression et la manipulation et apprécient les romances douces, presque semblables à des contes, ainsi que les légendes de toutes sortes. 📖

.

.

Papotons lecture : Panique au Muséum

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Pour ce premier mois des vacances d’été, j’ai eu envie de vous parler d’une lecture légère et rapide, mêlant enquête et univers fantastiques : Panique au Muséum, de Tiphaine Levillain, paru chez Pulp Factory. 😊

.

Le résumé du livre ? J’y viens, j’y viens. 😜

.

.

.

Pavel Erkum est détective à Bellwade, cité multiculturelle s’il en est. Quand on retrouve plusieurs individus vidés de leur force vitale au Muséum des Histoires Naturelles, Pavel pressent un mystère qui n’a rien à voir avec le surnaturel, contrairement à ce qu’aimerait croire la police de manière un peu facile. Il va se lancer sur une piste différente pour résoudre cette énigme, dont la résolution ne sera que le début d’une enquête beaucoup plus complexe qui pourrait bien amener Pavel au devant de difficultés dont il n’a pas idée. Ces obstacles pourraient bien mettre fin à son enquête et sa carrière naissante s’il ne se montre pas le plus malin. Le détective lutin sera obligé de se surpasser pour faire triompher la vérité et lever le voile sur le mystère du Muséum…

 .

.

Prometteur, n’est-ce pas ? 😉

.

Panique au Muséum est un roman que j’ai découvert grâce à son autrice. Tiphaine Levillain et moi nous sommes rencontrées lors d’une édition de Virtua’livres, un salon du livre virtuel.
Nous avons ainsi sympathisé et échangé sur nos univers et, sans surprise, son histoire de détective lutin m’a tout de suite intriguée ! 😁

.

Si j’aurais aimé en apprendre un peu plus sur Bellwade et ses habitants durant ma lecture, celle-ci n’en a pas moins été agréable.
Pavel est un personnage attachant et les personnes qu’il côtoie ne m’ont pas non plus laissée indifférente. Quant au récit, il se lit tout seul et ne souffre d’aucune incohérence.
Un vrai plaisir, parfait pour un moment détente. 🙂

.

Voilà un ouvrage que je recommande aux amateurs de fantastique et d’enquêtes « classiques », aux fans de détectives en tout genre. 😊

.

Connaissiez-vous déjà ce livre ? 😘

.

Rose

.

.

Papotons lecture : Pandémonium

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un livre qui m’a marquée : Pandémonium d’Aurélie Mendonça, paru aux éditions du Chat Noir. 📖

.

Pandémonium ? Ça ressemble à quoi ? 🤔

.

.

Chacun à sa manière cherche le sens de la vie. Moi, j’essaie au quotidien de donner du sens à la mort.
Je me nomme Elena Lautturi et je suis thanatopractrice. Croque-mort autrement dit. L’image ne manque pas de mordant… Des civilisations plus anciennes m’auraient désignée comme une passeuse d’âmes. Ce que je suis, au figuré comme au propre…
Une mésaventure aux enfers a fait de moi l’employée spéciale de la déesse Hela. Ma mission est simple : m’assurer que chaque âme destinée à son royaume arrive à bon port, tout cela sous couvert de mon humble entreprise de pompes funèbres, le Pandemonium.
L’enfer est un lieu complexe et je fais partie des nombreux rouages qui permettent son bon fonctionnement. Malgré mon professionnalisme, il apparaît évident qu’une entité inconnue et puissante me considère plus comme le grain de sable dans la machine.
Aujourd’hui, je suis menacée…
Moi et le destin de toutes ces âmes qui dépendent de mes soins…

.

.

Pandémonium est un ouvrage qui m’a fait de l’œil plusieurs fois lors de la Foire du Livre de Bruxelles, ces dernières années. Et en 2020, j’ai finalement craqué. Un choix que je ne regrette pas ! 🥰
Si l’histoire peut paraître simple et rapide sur certains passages, je n’en ai pas moins été happée dedans. Et pour cause : le récit est cohérent, l’intrigue, bien menée, et les personnages se révèlent crédibles et attachants, les suivre est un vrai plaisir. 😊
Mais ce qui constitue selon moi le véritable point fort de ce roman, ce sont les pensées d’Elena et ses réflexions sur et autour de la mort, des défunts, de leurs proches, du deuil, de son métier… Nous entrons dans sa tête et partageons son point de vue avec telle intimité qu’il est impossible de ne pas être ému.
Un coup de cœur ! 😍
Je vous recommande chaudement cette lecture.

.

Et vous ? L’avez-vous déjà parcouru ? Aimeriez-vous le découvrir ? 😘

.

Rose

.

.

Papotons lecture : Boulevard des pas perdus

Et si on papotait lecture ? 📖

.

.

.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un livre paru aux éditions Oneiroi : Boulevard des pas perdus de Michèle Devernay. 😊

.

.

.

« Paris, XIXe siècle. Une brume meurtrière envahit les rues de la capitale. Personne ne sait d’où elle vient ni comment lutter contre. Certains immunisés arrivent à manipuler et à donner une forme solide à cette étrange matière. Les règles ont changé, la société parisienne se réorganise. Camille, Perrine et Gaspard cherchent leur place au sein de ce nouveau monde et se retrouvent, malgré eux, mêlés à une sombre histoire de meurtres sanglants. »

.

.

Boulevard des pas perdus est une histoire que j’ai découverte une première fois en ligne, et qui m’avait déjà charmée à l’époque. Son autrice (coucou 😘) possède en effet une plume et un style agréables ainsi qu’une belle imagination. 🥰
Je n’ai donc pas hésité une seule seconde à acheter puis relire son œuvre lorsqu’elle a été publiée au format broché !

.

Mais qu’est-ce qui m’a plu dans ce livre, me demanderez-vous ?
Eh bien, outre la jolie écriture qui le compose, tous les thèmes qu’il contient sont des thèmes que j’apprécie et qui me parlent ! Dans Boulevard des pas perdus, vous trouverez : une époque ancienne (le 19e siècle), de l’imaginaire, du mystère et de l’enquête, un peu d’horreur et de l’amitié. Beau mélange, n’est-ce pas ? 😁
Qui plus est, aucun personnage du récit ne laisse indifférent. Tous sont bien travaillés, ont leur but, leur caractère, leurs ambitions. Un vrai régal !

.

Boulevard des pas perdus est un petit roman, mais un petit roman complet et bien mené, que je ne peux que vous conseiller. 😍

.
.

Avez-vous déjà eu la joie de parcourir ces pages ? Vous tente-t-il ? Dites-moi tout. 😜

.

.

Papotons lecture : Rouge

Et si on papotait lecture ?

.

.

.

Bonjour, les amis📚 ,

.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous l’un de mes derniers achats, une découverte récente que je me suis procurée à la Foire du Livre de Bruxelles : Rouge de Pascaline Nolot. 🐺
Paru chez Gulf Stream éditeur dans la collection Électrogène, Rouge s’inscrit dans un genre mêlant fantaisie et horreur, ce qui m’a tout de suite attirée. Mais quoi de mieux que le résumé pour vous permettre de vous faire une première idée ? 😉

.

.

Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups. C’est là que survit Rouge, rejetée à cause d’une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu’il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par le Mal. Lorsque survient son premier sang, les villageois sont soulagés de la voir partir, conformément au pacte maudit qui pèse sur eux. Comme tant d’autres jeunes filles de Malombre avant elle, celle que tous surnomment la Cramoisie doit s’engager dans les bois afin d’y rejoindre l’inquiétante Grand-Mère. Est-ce son salut ou bien un sort pire que la mort qui attend Rouge ? Nul ne s’en préoccupe et nul ne le sait, car aucune bannie n’est jamais revenue…

 .

.

.

.

Intéressant, n’est-ce pas ? 😍
Au départ, les éléments qui m’ont permis de craquer pour le roman sont les suivants : son genre, sa couverture et les indices rappelant l’univers des contes (en particulier celui du Petit Chaperon Rouge) ainsi que l’envie de lire une histoire qui propose un aspect merveilleux. Je n’avais pas d’attentes particulières, je l’avoue, si ce n’est celles d’être divertie et de m’évader un moment.

.

Ce livre m’a mis une claque. 😱

.

Non seulement, le côté conté est présent tout du long du récit, mais en plus, ce dernier fait passer des messages forts. Des messages féministes. Des messages sur le danger des croyances. Des messages sur l’importance de l’épanouissement et de la confiance en soi. 😊
Les points les plus sombres du Petit Chaperon Rouge sont abordés dans une histoire qui s’en détache pourtant et se veut originale, intrigante. Le suspense y est maintenu tout du long, si bien qu’on s’y retrouve embarqué sans avoir eu le temps de s’en rendre compte. 📖
Quant au style d’écriture, si on arrive par moments à se demander si l’autrice possède des actions auprès des points d’exclamation, il n’en demeure pas moins fluide, prenant et agréable.

.

Un livre à découvrir au moins une fois. 🥰

.

Et vous ? L’avez-vous déjà eu entre vos mains ? Quel roman vous a mis une claque ? Je vous écoute. 😁

.

Rose

.

.

Ma journée type d’autrice !

Ma journée type d’autrice !

.

.

.

Bonjour, tout le monde 🥰,
Vous allez bien ?

.

Lors d’un sondage sur Twitter, on m’a proposé de parler un peu de mon quotidien d’autrice, de montrer à quoi ressemblaient mes journées.
Aujourd’hui, j’ai donc décidé de partager avec vous…

.

.

🖋 MA JOURNÉE TYPE D’AUTRICE ! 🖋

.

.

.

.

On commence avec le réveil (logique, me direz-vous 😜).
Comme beaucoup, j’ai moi aussi une « morning routine ». Elle n’est pas palpitante, elle n’est pas folichonne, mais elle me permet de me mettre au travail sereinement, sans paniquer parce que j’ai « ça et ça, et puis encore ça » à faire…
😱
Lorsque mon réveil sonne, je m’accorde donc une demi-heure supplémentaire sous la couette, à câliner ma chienne Lady et à flâner sur mon téléphone (souvent, je traîne sur les réseaux sociaux ou je joue à un petit jeu, comme Animal Crossing Pocket Camp ! 🥳).
Je prends ensuite le temps de sortir ma Lady (et de rester un peu avec elle dans le jardin si la météo est clémente
🌞), de manger un petit-déjeuner et de m’apprêter.
Et je suis parée à accomplir mes tâches du jour !

.

La matinée débute. 😊
Comme je suis bien éveillée et alerte, je réserve ce moment aux corrections.
Bien installée à mon bureau, j’allume souvent une bougie, me plonge dans le calme, puis traque sans relâche fautes, coquilles, incohérences, lourdeurs, et j’en passe.
💪
J’accorde aussi une partie de ce fameux moment à la gestion de mes réseaux. Il s’agit d’un boulot sous-estimé : il est plus chronophage et demande davantage de temps ainsi que d’investissement qu’on ne l’imagine. M’en occuper le matin m’aide ainsi à ne rien oublier.
C’est un exercice que j’aime particulièrement, car il me fait sentir proche de vous.
😘

.

Après le repas de midi (le mien comme celui de Lady 🐕), je m’accorde en général un grand café afin de me redonner un coup de fouet (et aussi de me réchauffer en hiver ! ☕️).
Commence alors ma séance écriture du jour.
En règle générale, lors de celle-ci, je vise les 1 000 mots, rédigés sur la surveillance de Lady ou de mon chat Cléo.
🐱
Ce rythme scriptural, en plus de me convenir, me procure l’impression d’avancer, de ne pas stagner dans mes récits. Mais le principal, pour moi, est surtout de m’y mettre, de travailler mes textes de manière quotidienne, routinière, le tout en essayant de ne pas fatiguer ma muse. 📚
Après ça, je me récompense de mes efforts en me plongeant dans un bon livre ou en sortant jouer avec Lady !

.

Sitôt le dernier repas du jour pris (nous mangeons assez tôt dans ma famille), je m’occupe des corrections plus « faciles » (comme traquer les répétitions) ou de diverses tâches propres à mon métier d’autrice indépendante : je réalise ou modifie mon planning de la semaine, je réserve des salons et planifie des événements, je vérifie mes mails, etc. 📩
Et pour finir cette journée type, je m’octroie entre une demi-heure et une heure de détente (avec un épisode d’une série, par exemple), avant de gagner mon lit et de recharger mes batteries pendant la nuit. 😴

.

Voilà, vous savez tout ! Et vous, avez-vous aussi vos habitudes dans les activités que vous exercez ? 😉

.

.